Partagez
Aller en bas
Admin
Messages : 94
Date d'inscription : 23/12/2017
Voir le profil de l'utilisateurhttp://droit-et-animaux.forumactif.com

Réflexions de départ

le Dim 24 Déc - 16:09
Révoltée par les différentes affaires de cruauté contre des animaux, écœurée par la faiblesse des réponses judiciaires, je souhaite créer un outil pour éveiller les consciences. Cet outil prendrait la forme d’un observatoire, animé par une équipe de bénévoles, vivant essentiellement, dans un premier temps, via un site internet. Cet observatoire se donne quatre missions, à l’heure où j’élabore ce projet :
1 -recenser le maximum de cas de maltraitances contre les animaux commis en France, avec leurs suites judiciaires ;
2 -sensibiliser la population, mais aussi le monde de la police et de la justice, à ce problème ;
3 -obtenir la création d’un vrai fichier national des personnes maltraitantes et des condamnés à une interdiction de détenir un animal ;
4 -à terme, obtenir une législation plus sévère, plus adaptée et plus systématiquement appliquée, dans l’intérêt de l’ensemble de la société.

Pour cela, un travail de longue haleine est nécessaire.
1 : recensement des cas de maltraitances par recherches dans la presse et sur internet, avec lorsque c’est possible des liens vers des articles de presse ; veille sur ce thème ; mise à jour avec les appels de jugements, etc. Par département, région ? choisir une date de départ pour ce recensement, sans remonter trop dans le passé pour ne pas rendre la tâche impossible.
2 : Compulser des articles scientifiques mettant en évidence le lien entre cruauté contre les animaux et criminalité en général. Effectuer des recherches sur la façon dont la cruauté contre les animaux est considérée et punie à l’étranger (exemple du FBI). Rassembler des arguments scientifiques, juridiques, moraux… en faveur d’une meilleure prise en compte de la cruauté contre les animaux par la justice et par la société en général. Proposer autre chose qu’une réponse purement répressive : TIG, obligation de soins, inscription au fichier national.
3 : délimiter les conditions de création et de consultation de ce fichier pour qu’il ne contrevienne pas à la loi Informatique et Libertés. Qui peut le consulter ? la police et la justice bien sûr mais il semble raisonnable que les professionnels du monde animal le puissent aussi sous réserve qu’ils ne divulguent pas d’autre information que “la personne est-elle sous le coup d’une interdiction de posséder un animal ?” : vétérinaires, éleveurs, associations de PA, particuliers via la gendarmerie ? Envisager la production d’un certificat de non-interdiction pour l’adoption d’un animal y compris auprès de particuliers (sur le modèle de l’extrait de casier judiciaire).
4 : Se faire connaître des politiques, juges, policiers, médias, dans la société : publications, rencontres ? Nécessité d’avoir des contacts avec des personnes impliquées dans la défense des animaux, et avec des personnalités emblématiques. Il faut aussi envisager la mise en place d’outils de lutte contre la maltraitance : liste d’associations, démarches urgentes, voire numéro vert.Il est nécessaire qu’une équipe entière se consacre à ce travail selon des rôles clairement définis. Pour cela la forme du forum semble adaptée dans un premier temps en ce qu’elle permet un travail collaboratif. Par la suite il faudra choisir un support plus adapté, un site internet classique par exemple.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum